From 1 - 10 / 169
  • L'organisation technique de la pêche diffère d'un pays à l'autre. A Bujumbura c'est surtout les appollos et les caamarans motorisés et non motorisés; à Uvira tandisque les porte-filets et les pirogues porte-lampes s'associent pour former les unités catamarans mais à Bukavu se sont les trimaran et les filets qui font la pêche. L'absence ou l'insuffisance de conrôle par les instances administratives habilitées entraine un développement considérable des techniques et activités de pêche non autorisées. Le manque d'engagement effectif en faveur d'une coopération entre les Etats riverains pour une conservation et une exploitation rationnelle et durable des écosystèmes aquatiques freine le démarrage d'un développement effectif de la pêche.

  • Au cours de cette étude, dix individus de chaque espèce ont été observés, décrits et analysés, chacune dans son milieu de vie. La somme des caractères individuels de tous les dix individus d'une même espèces a permis de déduire une description complète de l'espèce. Après analyse il a été remarqué que deux espèces sont ligneuses (Markhamia lutea et Malvaviscus arboreus) deux autres herbacées dont l'une vivace (Mirabilis jalapa) et l'autre annuelle (Crassocephalum montuosum) et enfin Indigofera arrecta était sous ligneuse. Il est a confirmé quatre espèces sur les cinq sont myrmécophimes à l'exception de Mirabilis jalapa. La formule florale de chaque espèce a été conçu et comparée avec les travaux antérieurs.

  • Cette étude porte sur l'inventaire et la description des champignons consommés par la population riveraine du PNKB avec comme objectif d'améliorer les connaissances sur les espèces fongiques consommées. Pour y arriver les méthodes d'enquêtage et de relevé des champignons ont été utilisées pour une bonne analyse des compositions fongiques. Au cours de cette étude, 38 espèces appartenant à 25 genres et 16 familles ont été inventoriées dont 8 non connues. Ces familles ont été classées dans 11 ordres, 5 sous-classes et 2 divisions. L'embrachement de Basidiomycota a été le mieux représenté avec 37 espèces, soit 97,4%. Les espèces terricoles sont les plus dominantes (55,3%) de l'ensemble des espèces de mycoflore. De l'ensemble 21 espèces des champignons sont consommés par la population mais 10 seulement sont reputées comestibles à Nindja.

  • Le secteur de Munanira est dominé par les coulées de laves basaltiques et les formations argileuses dues à l'altération de ces basaltes. Les sols trouvés dans cette région est argilo-limoneux et ont une perméabilité de 0.531 à 1.448 cm/s. Ces sols sont de mauvaise qualité et ont une portance médiocre. De ce qui précède, nous constatons qu'excépté la construction des batiments, le sol de Munanira nécessite un traitement préalable pour toutes autres applications en l'occurence la construction des routes, ponts,etc.

  • Les études ont révelé la présence des roches sédimentaires ( les grès) et métamorphiques (quartzite et phyllades) dans le secteur de Luhihi. ces roches sont déformées suite es contraintes tectoniques les affectant; ce qui justifie la présence des cassures sèches et des filons. Ces déformations sont orientées généralement NNW-SSE et E-W et appartiennent au Kibarien inférieur. Signalons aussi la présence de quelques figures sédimentaires comme les ripples marks, sur la colline Barashe.

  • Sur le plan pétrographie, Mushweshwe est constitué de grès, quartzite, quartzophyllades, shistes et conglomérats. Ce secteur présente une potentialité minière aurifère, stannifère, wolfranifère, et à cadmiium. Dans cette zone, les correlations élucide que certains éléments coexistent dans la même phase minérale au sein des roches; c'est le cas de Nb-W, Nb-Zn, Ti-Zn et W-Zn.

  • Bukavu est une ville de moins de 50 kilometres carrés de terre ferme, de forme digitée (nombreuses baies et presqu'iles) et des dénivellations de l'ordre de 200 à 600 metres.Elle est par excellence une ville de haute altitude avec des pentes souvent de plus de 3 degrés (replats volcaniques) et de 20 à plus de 60 degrés le long des versants qui délimitent de petits bassins dans lesquels coulent en grande partie des rivieres d'orientation Ouest-Est.Cesdits versants constituent des terrains de prédilection de grandes manifestations érosives telles que les coulées boueuses, les éboulements, les glissements de terrains et les ravinements.Le bassin versant de la Mukukwe avec des dénivellations de l'ordre de 60 à 130 m et plus du 3/4 de son étendue avec des pentes supérieures à 7°.

  • Les analyses des sols de Kavimvira ont permis de caractériser ces sols dans divers sites. Le types mis en évidence sont entre autres les sols sableux à faible proportion de limon, sables, sables limoneux et le limons silteux. L'essai de cisaillement rectictiligne effectué sur les sols de Kavimvira a permis d'affirmer que les sols de Kamigenge ne peuvent pas supporter des grandes charges comparativement aux sols de Mugarura. D'où, il faudra procéder à l'amélioration des sols de ce site avant toute construction.

  • Bukavu, ville d'altitude et de latitude équatoriale, est à la fois sous l'influence de la barriere montagneuse qui longe l'Est de la RDC et de la cellule cyclonique de la zone intertropicale(cellule de Walker). L'ascendance orographique des flux anticycloniques océaniques (Mascareignes ou de Sainte-Hélene) et l'atténuation des températures (moyenne thermique annuelle autour de 20 et 21°C) se refletent à travers le ciel de Bukavu. Sa néphanalyse est formelle et parle d'un ciel tres nuageux entre 66 et 67% des cas. Les nuages les plus fréquents en saison humide sont des types cumulus et cumulonimbus (étage inférieur), altocumulus (étage moyen); en saison seche, le cirrus et ou le cirrostratus (étage supérieu)r; la période de transition, les altostratus, les altocumulus, les cumulus fractus et humilis sont les plus observés.

  • Les trachytes semblent rares à Bukavu. Cependant, ils affleurent sur une partie du quartier Panzi et Ndendere (route Nyawera ISGEA). La grande partie de trachytes se trouve à Nyatende où ils sont extraits comme matériaux de construction. C'est une roche grise, ayant une structure porphyrique. Ils renferment un peu plus de SiO2 (55-60%) et Al2O3 (17-21%). La teneur en K2O y est élévée. Les affinités chimiques appréhendées par différents diagrammes classent les trachytes de Bukavu et ses environs dans la série shoshonitique.